UM Sexual Ethics
Other Manual Translations: English Português

BOR #2046: L’éthique sexuelle fait partie intégrante de la formation au leadership ministériel

Posted by lolaagency on June 27, 2018


2046. L’éthique sexuelle fait partie intégrante de la formation au leadership ministériel


Contexte :

Une enquête menée en 2005 par la Commission générale sur le statut et le rôle des femmes (ci-après, GCSRW), « Le harcèlement sexuel au sein de l’Église Méthodiste Unie », a révélé un nombre élevé de cas de harcèlement sexuel dans les paroisses et les églises locales, et dans les séminaires (Sexual Harassment in The United Methodist Church, Gail Murphy-Geiss, Chicago : Commission générale sur le statut et le rôle des femmes, 2005). Une étude de 2009 intitulée Sex and the Seminary: Preparing Ministers for Sexual Health and Justice (Sexe et séminaire : Préparer les ministres en vue d’une approche saine et juste de la sexualité) a révélé que peu de séminaires offraient des cours complets sur la sexualité aux professionnels religieux, et que la plupart des séminaristes obtiennent leur diplôme sans avoir pris de cours sur la sexualité. En outre, les professeurs en cours de titularisation sont les moins susceptibles d’enseigner des cours liés à la sexualité. L’une des recommandations principales du rapport est que les séminaires rendent obligatoire de suivre un cours sur la sexualité humaine et le respect de limites personnelles saines dans le cadre professionnel (Sex and the Seminary: Preparing Ministers for Sexual Health and Justice, Kate M. Ott, New York: Religious Institute, 2009). 

Depuis 1996, l’Église Méthodiste Unie appelle « les facultés théologiques liées à l’Église Méthodiste Unie à dispenser une formation sur la prévention et l’éradication du harcèlement sexuel, des abus sexuels et de l’inconduite sexuelle dans le cadre des relations ministérielles » (Livre des Résolutions 2008, p. 139 ; voir aussi Livre des Résolutions 1996, p. 131). L’Église Méthodiste Unie a aussi exhorté les séminaires à traiter les questions de la pornographie et de l’addiction à la pornographie (Livre des Résolutions 2008, pp. 155-56). Certaines facultés ont mené une action positive en enseignant l’éthique professionnelle et l’éthique sexuelle dans le cadre du ministère, et certains membres du corps professoral déploient des efforts considérables pour s’occuper des aspects éthiques de la profession ministérielle. Ces efforts relèvent toutefois du dévouement personnel des membres du corps professoral et des administrateurs, mais ils ne sont pas intégrés aux structures institutionnelles de l’enseignement en séminaire. (Cette dynamique s’observe au-delà de l’éducation théologique méthodiste. Dans une étude déterminante de 400 pages, sur la formation du clergé effectuée par la fondation Carnegie Foundation for the Advancement of Teaching, les questions liées à l’éthique et aux limites personnelles ne sont mentionnées que trois fois, brièvement. Educating Clergy: Teaching Practices and Pastoral Imagination (Formation du clergé : Pratiques pédagogiques et imagination pastorale), Charles Foster, Lisa E. Dahill, Lawrence A. Golemon et Barbara Wang Tolentino, San Francisco: 

Jossey-Bass, 2006, pp. 173, 315 et 338). L’Église Méthodiste Unie désire que l’éthique professionnelle ne repose pas uniquement sur l’engagement personnel d’un membre du corps professoral à titre individuel, mais qu’elle fasse au contraire partie intégrante et planifiée du tissu de la formation ministérielle. L’Église Méthodiste Unie appelle les séminaires et les établissements dispensant des Cours de conférence à renforcer les parties du cursus traitant déjà de l’éthique professionnelle, pour en faire bénéficier les Méthodistes qui se préparent à assumer un rôle de leadership ministériel.

Des groupes pluridisciplinaires, pluriethniques, diversifiés sur le plan racial, composés d’universitaires, de membres du clergé et de consultants ont convenu à l’unanimité de la nécessité d’améliorer les structures de la formation professionnelle du clergé. Un nombre important de personnes et de groupes ont été inclus et consultés pour l’élaboration d’une stratégie visant à améliorer la formation à l’éthique professionnelle des Méthodistes Unis qui se préparent à un rôle de leadership ministériel. En avril 2010, GCSRW a organisé un séminaire d’une journée destiné au corps professoral, aux administrateurs et consultants, avec la participation du Conseil général de l’Enseignement supérieur et du Ministère (GBHEM) pour examiner les questions liées à la préparation ministérielle et à l’inconduite sexuelle, afin d’émettre des recommandations pour y répondre. (Des renseignements sur ce séminaire, ainsi que des ressources et mises à jour sur ce projet ont été mises à disposition en ligne pendant toute la durée de développement et d’essai de ces principes directeurs: Deux participants au séminaire, provenant de séminaires Méthodistes différents se sont engagés à proposer un cours pilote sur l’éthique sexuelle dans le ministère au semestre d’automne 2010. GCSRW a reçu un rapport sur le succès remporté par ces cours facultatifs en janvier 2011. Entre-temps, GCSRW a organisé des séances d’écoute et des ateliers pédagogiques avec deux autres séminaires Méthodistes Unis pendant l’année universitaire 2010 – 2011. Par ailleurs, des réunions sont prévues avec chaque professeur des séminaires Méthodistes Unis d’ici à 2014. En janvier 2011, GCSRW a collaboré avec les organismes Faith Trust Institute et Religious Institute pour présenter une table ronde et un atelier pédagogique à l’organisation Society of Christian Ethics sur le thème « Enseigner la sexualité du point de vue de l’éthique professionnelle » (Teaching Sexuality from a Professional Ethics Perspective). (Cette session a pu être organisée en partie grâce à une subvention du centre Wabash Center for Teaching and Learning in Theology and Religion, qui est financé par la fondation Lilly Endowment Inc. ; le centre est situé au Wabash College de Crawfordsville, en Indiana). GCSRW a aussi présenté ses travaux dans ce domaine aux participants de « Do No Harm 2011 », un sommet national sur l’éthique sexuelle ayant réuni les dirigeants Méthodistes Unis (MU) de 56 conférences annuelles à Houston (Texas) en janvier 2011.

À l’issue de ces consultations avec le corps professoral, les administrateurs, le personnel des agences générales et les consultants, GCSRW propose le plan suivant :

  1. Fixer des objectifs pédagogiques relatifs à l’éthique professionnelle pour le ministère, à intégrer dans le cursus de la maîtrise en théologie (Masters of Divinity, ci-après MDiv) ;
  2. Promouvoir l’élaboration d’une série de modules de formation avec des ressources pour chaque cours MDiv fondamental, adapté à chaque discipline étudiée : théologie, éthique, évangélisme, études bibliques, enseignement sur le terrain, etc. (y compris chacun des domaines d’études fondamentaux requis pour un diplôme en théologie de deuxième cycle en vue de l’ordination MU, Livre de Discipline 2008, ¶ 324.4a) ;
  3. Encourager l’utilisation intentionnelle du cursus implicite (par ex. : règlement relatif au plagiat et codes d’honneur des étudiants) pour donner l’exemple d’une bonne éthique professionnelle, ainsi que des règlements, procédures et mécanismes de jugement des inconduites ;
  4. Élaborer des stratégies visant à renforcer la collaboration entre les séminaires MU, ainsi qu’entre les séminaires, GCSRW et les autres agences générales et les conseils du ministère ordonné.

Chaque étape représente une collaboration continue avec le corps professoral, les administrateurs et le personnel des agences générales. Pour être optimale, la formation professionnelle au leadership ministériel ne doit pas se cantonner à un sujet, une classe ou une discipline universitaire mais plutôt englober la totalité du cursus fondamental, sa philosophie et une expérience parallèle à l’enseignement ministériel. L’objectif primordial est que chaque personne qui se prépare à un rôle de leadership ministériel au sein de l’ÉMU maîtrise et pratique l’éthique professionnelle, l’éthique sexuelle, les limites personnelles saines, et le souci de soi (self-care).

En conséquence, il est résolu que l’Église Méthodiste Unie demande l’élaboration d’un programme rigoureux de préparation ministérielle à l’éthique professionnelle, à l’éthique sexuelle, au respect de limites personnelles saines et au souci de soi, afin que ces notions deviennent des normes dans l’enseignement dispensé dans les séminaires Méthodistes Unis et en Cours de conférence. Les objectifs pédagogiques, compétences fondamentales et contenus ci-après devront s’appliquer aux étudiants des programmes MDiv dans tous les séminaires MU, tous les séminaires approuvés par le sénat universitaire, et aux Cours de conférence pour les pasteurs locaux autorisés à exercer.

Objectifs — Les futurs dirigeants ministériels sont tenus de :

  1. Comprendre que des limites personnelles saines sont indispensables à l’établissement de rapports de confiance pour assurer son ministère ;
  2. Reconnaître que l’éthique sexuelle dans le ministère est une question d’utilisation du pouvoir à bon escient et de nécessité d’éviter les abus, plutôt qu’une question exclusivement liée à la « moralité sexuelle » ;
  3. Comprendre l’importance de l’éthique professionnelle, y compris les politiques et les attentes de sa propre dénomination ; 
  4. Apprendre le rôle des procédures de jugement dans la prévention et la réponse à l’inconduite sexuelle du clergé ;
  5. Être bien informé sur la sexualité humaine, sur sa propre sexualité, et savoir comment gérer des sentiments d’ordre sexuel envers un paroissien et inversement ;
  6. Apprécier le fait que l’intégrité sexuelle contribue à la plénitude spirituelle, et qu’elle est vitale pour la formation ministérielle et pour la santé de l’individu ;
  7. 7. Maîtriser les ressources bibliques et théologiques pour tous les points susmentionnés.

Compétences — Les candidats au ministère sont tenus :

  1. de faire des choix de vie sains et bien gérer l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée ;
  2. d’être conscients de leur propre sexualité ;
  3. de pouvoir aborder les questions de sexualité avec aisance ;
  4. d’acquérir les compétences nécessaires pour assurer des soins pastoraux et la direction d’un culte sur les questions de sexualité ;
  5. de s’engager à assurer la justice sexuelle au sein de la congrégation et dans la société en général.

Contenus — Les étudiants étudieront les matières suivantes :

  1. Théologie du pouvoir, privilèges, abus (y compris les sujets suivants : devoir fiduciaire du ministère ; paradigme d’éthique professionnelle ; conflits d’intérêts ; limites personnelles saines ; prédateurs vs vagabonds) ;
  2. Sexualité humaine (y compris les sujets suivants : relations sentimentales, intimité, équilibre vie professionnelle/vie privée ; grossesse, contraception et avortement ; pornographie et assujettissement de la personne ; honte et abus ; consentement et vulnérabilité ; aspects génétiques, culturels, et physiologiques du genre et de la sexualité) ;
  3. Inconduite sexuelle dans le ministère (y compris les sujets suivants : violation des limites personnelles ; procédures de jugement pour rendre la justice ; voile du secret ; utilisation inappropriée des réseaux sociaux et des technologies de communication) ;
  4. Soins pastoraux (y compris les sujets suivants : prise en charge des victimes de violences sexuelles et d’abus ; transfert ; relations duelles ; confidentialité et bon usage des informations ; recommandations) ;
  5. meilleures pratiques dans le ministère (y compris les sujets suivants : cybersécurité, sanctuaires sûrs [Safe Sanctuaries: Reducing the Risk of Child Abuse in the Church (Sanctuaires sûrs : Réduire le risque de maltraitance des enfants dans l’Église), Joy T. Melton, Nashville: Discipleship Resources, 1998] ; communication saine, souci de soi pour le clergé ; éducation sexuelle tout au long de la vie ; exercer un ministère auprès des délinquants sexuels).

Ce tronc commun d’attentes fournira une base de préparation pour les dirigeants ministériels au sein de l’ÉMU. La formation régulière, mise à jour, relative à l’éthique sexuelle est obligatoire pour tous les membres du clergé nommés ; elle peut s’appuyer sur ce tronc commun afin de ne pas devoir recommencer au point de départ chaque fois (Livre des Résolutions 2008, p. 139). Les comités de district sur les ministères ordonnés et les conseils du ministère ordonné des conférences annuelles peuvent exiger que les candidats à un poste de clergé aient une connaissance opérationnelle et une bonne compréhension de ces facettes de l’éthique professionnelle et de la sexualité au sein du ministère avant d’être affectés à une église. La formation continue des membres du clergé pendant leur résidence peut aussi s’appuyer sur ce tronc commun.

Il est en outre résolu que GCSRW continuera son travail pour améliorer la formation à l’éthique professionnelle des Méthodistes Unis qui se préparent à un rôle de leadership ministériel. En particulier, GCSRW continuera à suivre le plan en quatre étapes décrit ci-dessus.

Deuxième étape : GCSRW continuera à encourager et équiper tous les membres pour traiter les questions se rapportant spécifiquement à leur discipline. GCSRW collaborera avec des groupes issus du corps professoral pour élaborer une série de modules de formation et de ressources pour chaque cours MDiv fondamental, adapté à chaque discipline étudiée : théologie, éthique, évangélisme, études bibliques, enseignement sur le terrain, etc. (y compris chacun des domaines d’études fondamentaux requis pour un diplôme de deuxième cycle en théologie en vue de l’ordination MU, Livre de Discipline 2008, ¶ 324.4a).

Troisième étape : simultanément à la mise en place de la deuxième étape, GCSRW collaborera avec les séminaires pour gérer la formation parallèle et extérieure au cursus des séminaristes. Spécifiquement, GCSRW fixera des principes directeurs pour l’utilisation intentionnelle du cursus implicite (par ex. : règlement relatif au plagiat et codes d’honneur des étudiants) pour donner l’exemple d’une bonne éthique professionnelle, ainsi que des règlements, procédures et mécanismes de jugement des inconduites adaptés ;

Quatrième étape : Élaborer des stratégies visant à renforcer la collaboration entre les séminaires MU, ainsi qu’entre les séminaires, GCSRW et les autres agences générales et les conseils du ministère ordonné. GCSRW a déjà commencé ce travail en participant à une table ronde intitulée Improving the Gatekeeping Function by Seminaries and Denominations (Améliorer la fonction de gardien assurée par les séminaires et les dénominations) organisée par l’organisme FaithTrust Institute en mars 2011.

Mesurer la façon dont nous assumons nos responsabilités : Les séminaires ont une grande flexibilité pour contextualiser leurs formations en vue d’atteindre les objectifs fixés. Chaque séminaire est libre de façonner son cursus et ses cours de la façon la plus adaptée à sa structure propre. Ces principes directeurs ne spécifient pas qu’un cours supplémentaire d’un semestre (ex. : 3 heures de cours hebdomadaires pendant 1 semestre) est exigé pour recevoir l’ordination (bien que ce soit l’une des possibilités pour atteindre les objectifs listés ci-dessus), mais plutôt que ces objectifs doivent être atteints au cours de l’ensemble des études menant au diplôme en théologie (MDiv) ou à l’issue de cinq années de Cours de conférence. Il est prévu que les administrateurs de séminaires coordonnent la façon dont ces sujets seront abordés dans les différents cours, et comment chaque compétence sera acquise et chaque objectif atteint au cours de la formation, indépendamment de la formule choisie.

Il est en outre résolu que l’Église Méthodiste Unie demande :

  1. aux comités de district et aux conseils du ministère ordonné des conférences de considérer que les diplômés des séminaires et Cours de conférence – dès la promotion débutant ses cours en 2013 – doivent avoir atteint les objectifs, acquis les compétences, et étudié les contenus indiqués ; 
  2. à chaque séminaire de soumettre à GCSRW, au plus tard en janvier 2014, son plan pour atteindre les objectifs susmentionnés ; 
  3. aux directeurs de Cours de conférence d’également soumettre leur plan à GCSRW, au plus tard en septembre 2014 ; 
  4. à GCSRW d’assister le doyen responsable des études ou tout autre administrateur de chaque séminaire à interpréter ces objectifs, préparer un plan vérifiant la conformité des actions prévues, et mesurer la réussite du programme ; et
  5. à GCSRW de fournir un rapport contenant les résultats de cet effort à la Conférence Générale de 2016. 

 

ADOPTÉ EN 2012

RÉSOLUTION N° 2046, LIVRE DES RÉSOLUTIONS 2012

Cf. Principes sociaux, ¶ 161J.